"Les trois pires jours de notre vie": le combat presque fatal du bébé Callie contre le virus

Content:

Charlie et Tam Hutchins étaient à la maison avec leur fille nouvellement née Callie depuis une semaine quand elle a été frappée par un virus potentiellement mortel.

Le couple Mt St Thomas n'avait jamais entendu parler du paréchovirus humain, mais il s'agit d'une maladie en augmentation dans le monde. Des épidémies se produisent tous les deux ans depuis 2013.

Et bien que la plupart des infections provoquent des maladies respiratoires ou gastro-intestinales bénignes, elles peuvent avoir des conséquences graves, voire mortelles, pour les jeunes bébés.

Pour la petite Callie, née le 24 octobre 2017, cela a failli être fatal.

"Il n'y avait aucun problème à la naissance et à l'âge de sept jours, je l'ai emmenée au service des urgences de l'hôpital de Wollongong car elle était devenue extrêmement irritable et refusait de se nourrir", a déclaré Mme Hutchins.

"Elle s'est rapidement détériorée et a présenté une éruption rouge vif sur tout le corps. Elle a alors commencé à avoir une apnée - où elle cessait de respirer - et son rythme cardiaque a monté en flèche."

Callie a été transportée à l’unité de soins intensifs de l’hôpital pour enfants de Sydney, mais elle est devenue de plus en plus léthargique et a commencé à faire des crises.

"Elle a été incubée et a passé trois jours en réanimation, ce qui a été les pires de nos trois jours", a déclaré Mme Hutchins.

"Des pensées me traversaient l'esprit auxquelles je n'aurais pas dû penser avec un bébé d'une semaine. Je ne savais pas si nous allions emmener notre bébé à la maison ou non."

Les résultats des tests sont positifs pour le paréchovirus peu connu. Les analyses ont confirmé les pires craintes du couple - le virus avait provoqué de graves lésions cérébrales dues à une encéphalite (inflammation du cerveau).

"Personne ne pouvait rien faire d'autre que soutenir Callie et attendre que son corps lutte contre l'infection", a déclaré Mme Hutchins.

"Elle a finalement commencé à s'améliorer et à l'âge de trois semaines, nous avons pu la ramener à la maison avec une sonde nasogastrique toujours en place et des contrôles quotidiens à l'hôpital."

Callie a depuis été diagnostiqué avec une paralysie cérébrale, une déficience visuelle corticale et un retard de développement global. Elle suit différentes thérapies, mais le couple ne sait pas ce que son avenir lui réserve.

Ce qu’ils savent, c’est que les premières années de sa vie sont essentielles à son développement. Ils veillent donc à ce qu’elle obtienne le meilleur soutien possible.

Ils se sont déjà rendus au célèbre centre de thérapie Napa à Los Angeles et emmèneront Callie au centre de Napa à Sydney deux fois en 2019. En août prochain, ils se rendront également au Panama pour y recevoir une thérapie par cellules souches.

"Ce ne sont pas des remèdes, ce sont des traitements qui, espérons-le, amélioreront sa vision, l'aideront à bouger, à améliorer son tonus et sa cognition", a déclaré Mme Hutchins. "En fin de journée, nous ne savons pas à quel point elle réussira. Nous voulons simplement qu'elle soit un jour indépendante et heureuse, qu'elle fonctionne comme un membre de la société et qu'elle ne lutte pas."

Malheureusement, les thérapies ne sont pas bon marché, mais un groupe d'amis est venu à la rescousse - organisant une collecte de fonds en ligne pour aider à couvrir les coûts. Ils organisent également une soirée-débat le 8 décembre au club Wollongong Collegians, qui a été soutenu par diverses entreprises locales.

Et le mercredi 28 novembre, Bostons Espresso à Wollongong fera don d'un dollar de chaque café vendu à la cause.

Il n'y a pas de vaccin contre le paréchovirus, NSW Health recommandant une bonne hygiène et un lavage des mains comme meilleure protection. Les personnes qui souffrent d'un rhume, d'une maladie pseudo-grippale ou d'une gastro-gastronomie doivent éviter les petits bébés.

Illawarra Mercury

Article Précédent Article Suivant

Recommandations Mères