5 choses que vous faites différemment avec votre deuxiÚme bébé

Content:

Avoir un bébé et devenir maman changent votre vie, et aucune lecture, aucun conseil ou garde ne pourra jamais vous préparer à cette réalité - peu importe ce que quelqu'un vous dira.

C'est Ă  peu prĂšs la mĂȘme chose la deuxiĂšme fois - et Ă  chaque fois par la suite - parce que la vie et la dynamique de votre famille changent Ă  nouveau.

Cependant, il y a des différences significatives dans l'expérience parentale quand vous l'avez déjà fait une fois ...

Moins de soucis

Lorsque vous donnez votre premier-né et que vous lui faites signe d'entrer dans le monde extérieur, c'est comme si vous pénétriez dans une taniÚre du lion.

Vous ne sentez rien de plus qu'un enfant, et tout à coup le poids de cette responsabilité repose fermement sur vos épaules. La réalité vous attend également - il n'y a pas de démission de ce rÎle, et certainement pas de long congé de service.

À partir du moment oĂč vous montez dans la voiture (et pour l'avenir prĂ©visible), vous vous inquiĂ©tez de tout. Vous vous inquiĂ©tez de chaque petit cri, rot, tempĂ©rature et pet.

Vous vous inquiétez de nourrir, dormir, jouer des horaires. Vous craignez de créer de mauvaises habitudes qui permettront à votre adolescent de dormir encore au lit avec un mannequin. Et vous craignez qu'ils ne franchissent les jalons au bon moment.

DeuxiÚme tour? Ce n'est pas le cas. Vous quittez l'hÎpital avec une confiance renouvelée, née de la conviction que votre premier enfant est toujours en vie.

Vous ne craignez pas de les gùter ni de stresser pour vous lancer dans une routine. Vous leur permettez de pleurer afin de pouvoir finir une tasse de thé chaud.

Et vous savez que le vrai rĂ©confort vient du fait d’ĂȘtre au service de tous, quelle que soit leur approche.

S'émerveiller de leur petite minceur (et de la taille maintenant géante de votre premier-né)

Il n'y a rien de plus étonnant qu'un nouveau-né, et il est possible de passer des heures à les regarder. Chaque petite partie d'eux est si petite et vous émerveillez sans cesse devant le miracle que vous avez créé.

Vous roucoulez par-dessus leurs doigts et orteils minuscules et les blottissez dans le creux d'un seul bras.

DeuxiĂšme tour? Cela semble frapper plus fort. Vous avez oubliĂ© Ă  quel point les bĂ©bĂ©s sont vraiment petits parce que vous ĂȘtes habituĂ© Ă  votre «bĂ©bé» aĂźnĂ© - qui s'est transformĂ© du jour au lendemain en un gĂ©ant - vous passez donc sans cesse Ă  vous demander comment une chose si minuscule peut se dĂ©velopper si rapidement.

Vous vous trouverez également constamment en train de dire des choses comme: "Je ne me souviens pas que mon enfant de quatre ans ait JAMAIS été aussi petit!"

Avoir confiance en vos décisions

Il n'y a rien de plus effrayant que l'inconnu et de faire face à une situation qui est complÚtement hors de votre contrÎle. Ainsi, lorsque vous arrivez à la maison avec votre premier-né - moins un manuel -, il est tout à fait naturel que vous vous tourniez vers des livres, le Dr Google et toute autre ressource pour obtenir des conseils.

Vous ne comprenez pas les pleurs de votre bĂ©bĂ©. Vous ne savez pas comment les rĂ©gler. Et vous sentez que tout ce que vous faites doit ĂȘtre faux.

DeuxiÚme tour? Tout est un peu plus facile, car vous l'avez déjà fait.

Vous faites confiance à votre instinct et à la certitude que tout ira bien pour vous et votre bébé, et vous trouverez une routine et une approche qui vous conviendront. Vous ne vous fiez pas aux livres et à Google, vous les évitez quand vous le pouvez.

Privation de sommeil

Personne ne peut nier que la vĂ©ritable torture repose sur des jours, des semaines et mĂȘme des mois de privation de sommeil. Se dĂ©battre d'un jour Ă  l'autre ne donne pas l'impression d'escalader l'Everest, et se rappeler comment faire bouillir la bouilloire et mettre un pantalon propre signifie une journĂ©e rĂ©ussie.

DeuxiĂšme tour? Curieusement, cela ne semble pas aussi grave.

Vous savez et acceptez que vous allez ressentir et ressembler Ă  un mois de gueule de bois en un jour. Vous comprenez que votre bĂ©bĂ© n'est pas «mauvais» ou «difficile» lorsqu'il se rĂ©veille la nuit. Et vous savez qu’à un moment donnĂ©, il dormira jusqu'au bout.

Ce qui m'amĂšne Ă  mon prochain point




Le temps passe

Dans le brouillard de la parentalitĂ© avec votre premier nouveau-nĂ©, les journĂ©es peuvent sembler interminables, rĂ©sumez la dĂ©finition mĂȘme du jour de la marmotte.

Vous vous demandez quand vous retrouverez votre vie et que vous irez plus loin que le canapĂ©. Voulez-vous dormir Ă  nouveau? Ce bĂ©bĂ© va-t-il jamais se mettre Ă  la routine? Et vous sentirez-vous et ressemblerez-vous Ă  autre chose qu’à un extra d’une vidĂ©o de Michael Jackson?

Et puis vous clignez des yeux et votre enfant a trois, quatre et cinq ans et vous demandez Ă  la place: "OĂč est passĂ© le temps?"

Donc, avec l’avantage du recul, le deuxiùme tour de rîle parental est plus facile car, à chaque mauvais moment, jour ou semaine, vient le mantra mental "Cela aussi passera".

Parce que ça va vraiment vite. Et tandis que ces mauvais moments vont passer assez vite, les cùlins nouveau-nés le seront aussi.

Article Précédent Article Suivant

Recommandations MĂšres